Se connecter
Fil Infos
Etude

Les PME françaises manquent de "talents"

Selon une enquête de Bpifrance Le Lab pubilée le 15 janvier, les patrons de PME et ETI peinent toujours à recruter, faute de trouver des salariés dotés des bonnes compétences. Parmi les 2 000 dirigeants de PME et ETI interrogés (sur les 150 000 que compte la France), près de 6 sur 10 (57 %) estiment qu'ils manquent de "talents" pour grandir. "Le capital humain est la grande faiblesse des PME, peu attrayantes pour les jeunes diplômés et les cadres supérieurs", analyse Bpifrance Le Lab.

Tous les postes sont concernés. "Dans l’esprit des dirigeants, un talent, c’est avant tout quelqu’un de compétent dans son métier. C’est également un salarié engagé et motivé, qui adhère aux projets et aux valeurs de l’entreprise", détaille l'étude.

Ce sentiment de "manquer de talents" est "très fortement lié aux difficultés à recruter et à maintenir les compétences-clés dans l'entreprise", explique Bpifrance. Ainsi, 83% des PME-ETI disent éprouver des difficultés à embaucher et 42% disent faire quelquefois, voire souvent, face à la fuite de compétences-clés.

L'implantation géographique des entreprises peut parfois les handicaper, en comparaison avec des structures plus importantes. Les salaires, les avantages sociaux et le prestige, sont aussi des facteurs d'attractivité pour les salariés.

Pour combattre cette "pénurie" de talents, Bpifrance préconise cinq pistes d'action. Elle propose notamment de faire évoluer la gestion des ressources humaines et le management, en distribuant des primes de performance individualisées, en mettant en place une politique de participation ou d'intéressement, ou encore en ouvrant le capital de ces entreprises aux salariés. Autre "tuyau" : développer la "marque employeur" sur les réseaux sociaux ou dans les centres de formation et écoles.

Partager :

Fil infos

| 19/02 | 18:00 |
Ile-de-France
| 19/02 | 14:45 |
Valorisation de l'artisanat
| 15/02 | 13:15 |
Mutuelle
| 12/02 | 10:15 |
Réforme de l'apprentissage